Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 08:46

 

Le lendemain force est de constater que l'antalgique ne fonctionne pas. Le mal de tête est toujours aussi intense dès que je me redresse (8/10) et au réveil la douleur était intense même allongé. Le fait de boire permet de ne plus avoir mal en position horizontal mais il faut que je boive en permanence. Je mets au point ma deuxième technique miracle après la position assise plié en deux : la position debout plié en deux, genre le bossu de notre dame. Cela me permet de me lever et me déplacer sans trop avoir mal. C'est par contre complètement ridicule et me vaudrait probablement un droit d'entrée direct au ministère des démarches idiotes si cher aux monty-pyton ; http://www.youtube.com/watch?v=IqhlQfXUk7w (c'est étonnant comme en français ce titre sonne comme un pléonasme!). Par contre c'est bien pratique pour remplir ma carafe et éliminer toute l'eau que je bois. Car je continue à boire beaucoup, énormément même. J'ai remarqué que dès que je ne bois pas assez, les maux de tête reviennent même en position allongé. Alors je vide en moyenne une carafe toute les deux heures avec des pointes à une carafe par demi-heure (j'ai mesuré, on est scientifique ou on ne l'est pas!).

 

L'interne de garde passe me voir dans la mâtiné, constate l'inefficacité de l'antalgique et décide d'en essayer un autre en passant à l'acupan. J'ai le bonheur d'avoir la visite de ma sœur qui a retraversé tout Paris pour me tenir compagnie.et me rapporter un peu de linge qu'elle m'a lavé en urgence. Sinon je passe toute la journée cloué au lit à ruminer l'entretien avec LaSuperSpécialisteDeNeuroSarcoïdose et la visite de sortie. Je m'aperçois en particulier que je n'avais pas bien préparé cette visite et que j'avais tout un tas de question à poser sur la suite des événements. Donc de ce coté, ce n'est pas plus mal que je reste hospitalisé, cela me donne une chance d'avoir les réponses à mes questions.

 

La nuit de samedi à dimanche est complètement blanche : je suis assez énervé et un peu stressé du fait qu'en dormant je ne puisse pas boire et donc risque d'avoir très mal à la tête au réveil. Car assez rapidement je me suis aperçu que l'acupan n'est pas plus efficace que le contramal. Une nouvelle interne passe le dimanche matin : je lui fais part de l'inefficacité de l'acupan et on discute des options : j'évoque la possibilité d'un retour à la maison en ambulance, vu que lorsque je suis couché tout va bien, ça semble jouable et je serais peut-être mieux chez moi qu'à l'hôpital. On discute aussi l'option évoquée vendredi avec l'interne lors de la visite de sortie d'une opération spéciale : le blood patch. Cela consiste à injecter du sang à proximité de l'endroit où a été fait la ponction lombaire pour que l'hématome comble la fuite. Elle conclut pour me dire qu'on verra ça le lendemain. Je passe encore toute la journée à ruminer l'évolution du traitement ainsi qu'une bonne partie de la nuit. J'arrive enfin à m'endormir au petit matin... pour être réveillé trois heures plus tard par une douleur à la tête assez monstrueuse. Et oui, je n'ai pas pu boire en dormant, donc le mal de tête est devenu très intense même allongé. Je passe alors vraiment une sale demi-heure étant tellement mal qu'il m'était même difficile de boire mais j'y arrive quand même petit à petit et la douleur finit par diminuer. Mais quelle épreuve !

Partager cet article

Repost 0
Published by xstoffr - dans Sarcoïdose
commenter cet article

commentaires