Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 11:57

J'ai soufflé mes 40 bougies récemment et j'ai reçu en conséquence un relevé de mes droits à retraite.

C'est une innovation récente et une bonne innovation car j'ai constaté à cette occasion que si mes trimestres de retraite de base étaient bien validés y compris depuis que je suis en invalidité, pour la retraite complémentaire, cela n'a été le cas. Le relevé des points de retraite complémentaire s'arrêtaient en 2012, soit l'année de ma mise en invalidité.

Oups, grop coup de stress! Il va peut-être falloir se serrer la ceinture et économiser énormément pour ne pas finir mes vieux jours dans la pauvreté? Vérification faite (merci internet), il s'avère que c'est une anomalie. Lorsque l'on est en invalidité, on continue à acquérir des droits à la retraite complémentaire même si l'on ne cotise pas. Par contre, ce n'est pas automatique, il faut signaler à sa caisse de retraite complémentaire que l'on est en invalidité... ce que bien sûr je n'avais pas fait car personne ne m'avait dit qu'il fallait le faire. Pourtant j'ai bien eu une réunion d'information de la sécu sur l'invalidité avec une assistante sociale et tout, mais visiblement, elle a oublié ce "petit détail" dans sa présentation.

J'ai donc contacté ma caisse de retraite complémentaire (les coordonnées sont sur le courrier de relevé de droits), qui m'a dit de leur envoyer une copie de la notification de mise en invalidité et les relevés de pension.

Pour l'instant je n'ai pas de réponse, j'imagine qu'il leur faudra un peu de temps pour traiter le dossier. Affaire à suivre mais pour tout ceux qui sont en invalidité, pensez à faire la démarche, personne ne vous dira de la faire ni ne le fera à votre place.

Partager cet article

Repost 0
Published by xstoffr
commenter cet article

commentaires

Mary 15/04/2017 12:32

Bonjour xstoffer,
Je viens de lire avec une attention toute particulière votre blog étant confrontée moi-même aux affres d'une ALD. Je suis salariée en arrêt de travail et il me reste une année de droits aux IJSS, je pense être bientôt convoquée par la SS pour une éventuelle mise en invalidité. Ma question se pose sur le paiement des indemnités de prévoyance dans le cas d'un licenciement pour inaptitude post déclaration invalidité. Est-ce qu'un salarié déclaré inapte par la médecine du travail continue à toucher des indemnités de la caisse de prévoyance jusqu'à l'âge légal de la retraite après un licenciement pour inaptitude ?
Bien à vous
Mary

xstoffr 16/04/2017 14:41

A confirmer auprès de votre prévoyance car les contrat ne sont pas normalisé mais en principe (et dans mon cas) la prise en charge par la prévoyance continue après le licenciement. Par contre il n'y a aucune raison que vous soyez licenciée si vous ne pouvez pas reprendre le travail. En principe vous devez continuer vis à vos de votre employeur à être en arrêt de travail.

Delamotte 06/04/2017 08:55

Bonjour xstoffer,
Merci encore de ce conseil au sujet des retraites complémentaires.
Effectivement, votre blog me paraît nettement plus limpide que toutes les présentations que j'ai pu trouver au sujet de l'invalidité.
SVP, est-ce que les organismes de retraite complémentaire ont rétabli vos droits ?
De tout coeur avec vous.
Cordialement
François

Mary 16/04/2017 15:22

Bonjour xstoffr et merci pour votre réponse,
J'aurai une dernière question quant à la prévoyance, je suis en arrêt depuis plus de 91 jours (délai de franchise pour le versement des indemnités de prévoyance) l'organisme assureur verse depuis la fin de ce délai des indemnités à mon employeur qui les conserve devers lui alors que notre convention collective stipule qu'en cas de maintien de salaire partiel (je suis actuellement à 75%) une partie de ces indemnités devraient m'être reversée toutes déductions faites bien entendu afin de compléter mon salaire.
Bon dimanche Pascal à vous
Cordialement
Mary

xstoffr 07/04/2017 15:38

Je suppose donc qu'il faudra refaire les démarches. Mais je ne vais pas le faire tous les trimestres donc je conserve précieusement tous les justificatifs (bulletins de paye, relevés de pension d'invalidité) et il faudra les envoyer périodiquement ou faire une grosse mise à jour au moment de ma reprise de travail ou de mise en retraite.

xstoffr 07/04/2017 15:35

oui mais uniquement je pense pour la période où j'ai envoyé les justificatifs...

Lahonia 14/07/2016 17:21

Bonjour xstoffer,
Salariée depuis 24 ans d'une fondation dans le secteur de la santé (un comble), je suis en ALD depuis 3 ans, j'ai pris contact en juin avec le médecin du travail pour une visite de pré-reprise sur les conseils du médecin conseil de la sécurité sociale pour étudier les modalités d'une reprise dès que mon état de santé le permettra. Reçue très mal par ce médecin qui s'est demandé ce que je faisais là... j'ai depuis été reconnue en invalidité 1ère catégorie.
Ce médecin a contacté mon médecin-traitant pour l'informer de l'impossibilité de me reclasser ou d'aménager mon poste (assistante de direction). A mon avis, grosse erreur puisque je n'ai pas encore repris, cela laisse à penser qu'il s'agit de me licencier pour inaptitude (plan de sauvegarde de l'emploi depuis 2 ans et tous les anciens ont été virés). Je ne suis pas encore guérie et grâce à votre blog, vos très précieux conseils vont me permettre de retrouver un peu le moral et de poursuivre la suspension de mon contrat de travail, notamment en envoyant une prolongation de mon futur arrêt.
Je vous félicite pour votre courage et votre implication dans vos blogs (je vais aller voir le nouveau).
Merci de ce que vous faites.
Mahonnia

xstoffr 14/07/2016 17:23

merci à vous pour ce gentil commentaire

lolotte 19/04/2016 00:43

merci , je ne savais pas non plus.

xstoffr 19/07/2016 16:13

Tant que vous envoyez des arrêts de travail votre employeur ne peut pas faire grand-chose mais il faut vous méfier d'une chose: vous êtes en invalidité catégorie 1 ce qui en principe veut dire que vous pouvez travailler à temps partiel (contrairement à la catégorie 2 où l'incapacité de travail est totale). C'est probablement pour ça que le médecin conseil de la sécurité sociale vous a renvoyé vers le médecin du travail: pour étudier la possibilité d'une reprise à temps partiel avec un éventuel aménagement de poste. Il est difficile d'en dire plus sans connaitre le détail de votre dossier et en n'étant pas un professionnel mes indications sont à prendre avec précaution mais ce que vous décrivez n'est pas illogique. Après la réaction de votre employeur n'est probablement pas la bonne, il devrait normalement étudier avec le médecin du travail toutes les possibilités de vous réintégrer - si nécessaire à un autre poste - pour que vous puissiez retravailler à temps partiel. Mais tant que votre médecin vous fait des arrêt à temps complet, il n'y a pas grand-chose que l'employeur puisse faire pour vous licencier, c'est plus votre médecin traitant qui prend un risque en faisant des arrêts de travail qui ne sont pas cohérent avec l'estimation de la situation faite par le médecin conseil de la sécu.

C'est compliqué tout ça car il y a trois médecins qui évaluent votre capacité à travailler selon trois optiques différentes:
- Le médecin traitant évalue la capacité totale de travailler à court terme en fonction de votre état de santé actuel
- Le médecin de la sécurité sociale qui évalue l'impact de votre pathologie ou handicap sur votre capacité de travail à moyen terme - le classement en invalidité et son niveau.
- Le médecin du travail qui évalue au moment où il est saisi, la capacité à occuper un poste donné ou à retravailler dans l'entreprise moyennant un reclassement.

Les trois ne concordent pas toujours et dans ce cas, il est difficile de s'y retrouver.

Bon courage à vous

Lahonia 18/07/2016 17:28

Bonjour xstoffr,
Je viens de voir mon médecin-traitant qui vient de me conseiller très fortement de prendre un avocat en droit du travail car l'intention du médecin du travail est pire que ce que je croyais. Mon employeur veut carrément que j'abandonne mon poste et on en reste là !!! Ma généraliste (et sa patiente présente lors de l'appel) ont été scandalisées par les propos de mon employeur. J'ai donc une prolongation de mon arrêt jusqu'au 31 septembre. La guerre est déclarée. Je vais contacter un avocat spécialisé car la démarche du médecin du travail est illégale, elle a commis une erreur et mon médecin et sa patiente sont prêts à apporter leurs témoignages pour que je demande des possibles "dommages et intérêts" car la démarche de l'employeur est illégale et montre que les dés sont déjà jetés avant même ma reprise... à suivre.
Bonne fin de journée (et j'ai bien aimé votre comparatif sur votre autre blog ;o)